fbpx
Portrait de Gautier Delache, au micro de Gloria ce mois-ci.

Interview HPI #65 | Gautier Delache

L’interview ‘Ma douance du tac au tac’ interroge des surdoué·es sur leur rapport à la et à leur douance dans l’objectif de démystifier, d’inspirer et de cheminer avec le Haut Potentiel Intellectuel.

Aujourd’hui, Gautier Delache nous livre sa vision du Haut Potentiel Intellectuel par le biais de l’interview “Ma douance du tac au tac”. Merci Gautier ! Il est ingénieur et scénariste et vit actuellement à Paris.

.SI JE POUVAIS CHOISIR, SERAIS-JE SURDOUÉ·E? 

Oui!

Cela vient avec un package de challenges et de choses méconnues dans la société, mais l’aventure d’apprendre à se connaître, de s’apprivoiser tout en l’étant n’en est que renforcée par cet aspect de moi. 

.CE QUE C’EST ÊTRE SURDOUÉ·E POUR MOI

Aborder la vie avec un angle différent, comme si j’avais un filtre d’analyse du monde différent, avec plusieurs conséquences :

  • Voir les problèmes arriver probablement plus tôt, ce qui me demande de devoir expliquer et justifier énormément.
  • Comprendre le poids des sujets : ce qui est un détail, et ce qui ne l’est pas ; mais aussi pourquoi ce sujet n’est pas un détail pour quelqu’un d’autre. Tout cela peut m’amener à paraître très indifférent, voire complètement inintéressé sur certains sujets dans ma vie professionnelle.
  • Avoir un constant besoin de stimulation saine : beaucoup d’échanges humains de qualité, de problèmes stimulants à résoudre, de questionnements, etc.

C’est un peu comme si j’avais des lunettes qui mettent en couleur ce sur quoi je dois porter mon attention ou non !

.SI JE DEVAIS CHOISIR UNE IMAGE OU UN MOT CLÉ QUI RÉSUME CE QUE C’EST ÊTRE SURDOUÉ·E

Sans le vouloir, j’ai conclu la question précédente en répondant à celle-ci : C’est un peu comme si j’avais des lunettes qui mettent en couleur ce sur quoi je dois porter mon attention ou non !

.DEPUIS COMBIEN DE TEMPS JE LE SAIS 

6 ans.

.PAR QUELLES PHASES JE SUIS PASSÉ·E DEPUIS LA DÉCOUVERTE 

Ma découverte a eu lieu pendant mon parcours de guérison d’un burn-out, et pas de mon fait. Je n’ai pas cherché à le savoir, on m’a imposé un test dans une thérapie plus grande.

Cela a commencé par un rejet total : personne n’a de manuel pour expliquer un humain, THPI, HPI ou pas du tout, ça n’existe pas (et si c’est possible à faire – ça ne devrait pas exister !)

Une fois sorti de mon épisode de burn-out, j’ai commencé à regarder, à apprécier peut-être un peu plus.

Puis lorsque je l’ai annoncé, à mes proches d’abord, puis plus globalement, a aussi été une phase importante.

Maintenant, je ressens moins le besoin d’en parler, j’ai l’impression que la phase d’acceptation est plutôt terminée.

Désormais, c’est une nouvelle phase, peut-être de l’appropriation ?

.COMMENT JE L’EXPLIQUE À UNE PERSONNE QUI N’EN A JAMAIS ENTENDU PARLER

Souvent, je ne l’explique pas et je passe à autre chose rapidement : je ne suis pas sûr de vouloir être catalogué ou réduit à la douance.

.LA REMARQUE QUI M’A LE PLUS SCOTCHÉ LORSQUE J’EN AI PARLÉ

On m’a déjà dit, dans un contexte professionnel, que la douance n’était qu’une névrose obsessionnelle, et que je n’avais qu’à prendre des médicaments pour redevenir “normal”. 

Encore pas mal de travail de sensibilisation, heh ?

.EN QUOI CELA A CHANGÉ MA VIE (DE LE SAVOIR) 

De savoir que je n’étais pas une erreur dans la matrice humaine 🙂

Mais aussi de savoir ce que j’attends chez les autres personnes dans mon cercle proche, de pouvoir mieux choisir le contenu que je lis, etc. J’ai aussi accepté, en le découvrant, qu’il n’est pas possible pour certaines personnes de suivre les enchaînements incessants dans mes pensées, et ce n’est pas forcément moi le problème. L’effort doit cependant être de mon côté pour les aider à me comprendre (je ne suis pas le problème, mais je peux aider à le résoudre !) ou alors d’abandonner et passer à autre chose si ça ne marche pas.

.CE QUE JE M’AUTORISE DEPUIS

Probablement à m’exprimer plus, à faire plus confiance à mes instincts.

.CE QUE CELA SUSCITE CHEZ LES AUTRES LORSQUE J’EN PARLE

La plupart ne sont pas étonnés, certains me disent qu’ils le savaient déjà, depuis longtemps – ils auraient quand même pu me le dire 🙂

.CE QUI M’ÉNERVE DANS LA DOUANCE 

J’ai l’impression de devoir m’occuper de ma douance, de m’assurer qu’elle va bien. Si elle n’est pas assez stimulée, elle va me le faire comprendre, si elle est un peu trop sous pression, elle va aussi me le faire comprendre. C’est plus de responsabilités de soi par rapport à soi-même, je trouve.

.CE QUE J’AIMERAIS METTRE EN AVANT DE LA DOUANCE 

La diversité ! Il n’y a pas un seul HPI ou THPI, mais des multitudes.

Il y a des exceptions à l’exception et des généralités dans l’exception.

J’ai un petit cousin THPI diagnostiqué, comme moi. Il a été diagnostiqué car… Il s’ennuyait trop en cours, s’agitait et avait des problèmes de comportement avec ses professeurs. Ma famille m’envoie lui parler, mais j’avais du mal à comprendre ce qu’il vivait : mon THPI était très scolaire, à avoir des mentions très bien partout sans jamais trop travailler. Et pourtant, nous avions la même douance !

.CE QUI EST LE PLUS DIFFICILE PERSONNELLEMENT 

 Une plus grosse sensibilité au stress et les insomnies.

.CE QUE J’ADORE PERSONNELLEMENT

Deux choses me viennent à l’esprit : 

  • La possibilité d’éviter les détails et de se concentrer sur l’essentiel
  • Le côté obsessionnel : pendant quelques mois, me focaliser sur un sujet et en tirer tout ce que je peux. Ça peut être le système d’ouverture de portes dans le métro (!!) comme la Renaissance italienne…

.L’OUTIL OU LA PRATIQUE BIEN-ÊTRE QUI M’AIDE LE PLUS

Le sport et la définition d’objectifs personnels. L’idée d’être constamment en mouvement.

(un coaching avec Gloria aussi!!)

NB de Gloria : Gautier a bénéficié de ce coaching et il en parle ICI.

.UNE REPRÉSENTATION QUE JE VEUX BATTRE EN BRÈCHE 

Que le Haut Potentiel est uniquement cérébral. J’ai appris avec le temps (et avec une coach super !) qu’il était même plus sensoriel que cérébral pour moi.

.CE QUE JE VEUX DIRE AUX SURDOUÉ·ES  

“Chill out!” serait mon motto 🙂 

.CE QUE JE VEUX DIRE AUX PERSONNES NON CONCERNÉES 

La douance est un don, mais il y en a plein d’autres – et je reste persuadé que chaque personne a un don. Nous, c’est le HPI, mais à nous tous de trouver quel est le don de chaque personne.

.CE QUE JE RECOMMANDE À UNE PERSONNE QUI S’INTERROGE 

De se poser la question de ce que ça changerait et où cela se situe dans une dynamique d’apprendre à mieux se connaître. Cette réponse ne doit être qu’un point de passage sur une route plus longue, elle-même sur une carte encore plus grande. 

Le risque est de se perdre dans une voie peut-être un peu vaniteuse (c’est quand même cool de savoir qu’on a un cerveau qui fonctionne plus vite) alors que la découverte de soi peut se trouver aussi ailleurs. 

.L’ERREUR À NE PAS COMMETTRE POUR UN·E SURDOUÉ·E

Confondre pathologie et talent !

La douance est un talent. Le malaise ou mal-être n’est pas dû à la douance, mais à une mauvaise gestion de celle-là. 

Ce don doit rester un don, et pas être vu comme une malédiction ou une maladie.

.MON CONSEIL DOUANCE (VIE) PROFESSIONNELLE 

L’environnement de travail joue beaucoup, et il existe tellement d’environnements toxiques ou malsains qu’il faut bien faire ses vérifications en rejoignant une entreprise…!

.MON CONSEIL DOUANCE (VIE) PERSONNELLE

Être prêt pour communiquer. On répète souvent que la communication est importante – et elle l’est ! -, mais je trouve que pour nous qui avons une forte intensité d’émotions et de pensées, il est peut-être plus crucial d’être prêt à communiquer. 

Déjà de savoir ce qu’on veut communiquer : face aux pensées très présentes et aux émotions trop fortes, se poser et savoir juste, de quoi ai-je besoin, qu’est-ce que je veux communiquer ? 

Ensuite de savoir si on peut le faire dans ce contexte.

De plus en plus, je réalise que ce n’est pas tant que la communication soit compliquée, mais plutôt qu’il est complexe pour moi d’être prêt à communiquer sur ce qui se passe en moi.

.MON AVIS SUR LE TEST DE QI WAIS

Je me souviens qu’il était très long et je trouvais les questions pas tellement intéressantes. 

.EST CE UN GÂCHIS DE NE PAS SE SAVOIR SURDOUÉ·E ? 

Pas forcément, mais c’est une chance que d’avoir la possibilité d’apprendre à se connaître.

.QUAND JE CROISE UN·E AUTRE SURDOUÉ·E, JE LE RECONNAIS ? À QUOI ? 

Une certaine connexion sur les façons de penser, d’appréhender un sujet. Une stimulation mutuelle intellectuelle aussi.

.QU’EST CE QUI RASSEMBLE LES SURDOUÉ·E·S ?

Gloria!

.LES ÉTAPES CRUCIALES À NE PAS RATER DANS LE « PARCOURS DOUANCE » D’UN·E SURDOUÉ·E?

D’adapter son environnement à ces nouveaux besoins.

Icone d'ampoule allumée pour représenter le fait de comprendre le HPI

Comprendre le HPI

Ces vidéos s’adressent aux surdoué·es, ceux qui le savent ou ceux qui ne le savent pas encore. J’apporte ma pierre à l’édifice sur ce sujet, encore trop « secret » à mon goût, surtout au vu de l’impact qu’il a sur la vie des personnes qui découvrent leur fonctionnement.

Icone de document complété représentant un bilan holistique

Bilan Holistique gratuit

Le bilan couvre les thématiques suivantes: le travail, le soin du corps, du coeur et du mental, la conscience et la spiritualité, l’environnement et le bien-être fondamental.