fbpx

Glossaire Haut Potentiel Intellectuel

Ce lexique permet d’appréhender les mots clés indispensables pour comprendre l’univers de la neurodivergence. Il s’agrandit au fur et à mesure de mes interviews Ma douance du tac au tac.

"

A

Arborescence / Pensée divergente :

Pour décrire la façon de penser des HPI, on parle souvent de pensée en arborescence (à partir d’un stimulus se crée un réseau associatif de pensées, en traitement simultané). Elle s’oppose à la pensée linéaire (traitement linéaire, séquentiel, étape par étape).

L’approche scientifique parle elle de pensée divergente vs convergente. La pensée convergente suit un ordre linéaire et logique pour trouver une solution à un problème. La pensée divergente fonctionne par association d’idées : à partir d’un point de départ unique émergent de nombreuses solutions ou idées.

! Les deux modes de pensées sont utilisés par l’ensemble de la population, mais le HPI a une pensée divergente plus active (au-delà le HPI a un raisonnement plus actif et compulsif). !

D

Désintégration positive, théorie de Kazimierz Dabrowski :

Une idée clé de K.Dabrowski est que la dépression ou la crise existentielle ne sont pas un signe de pathologie mentale, mais un processus permettant de construire sa véritable personnalité, stable et unique (choix en conscience de ses valeurs et de la vie que l’on veut mener).

Il s’agit d’une désintégration positive au bénéfice de l’affirmation de sa propre personnalité.

Elle est aujourd’hui souvent utilisée pour expliquer le développement des personnes surdouées.

E

Effet barnum :

Selon l’Encyclopedia Britannica, c’est le phénomène qui se produit lorsque les individus croient que les descriptions de personnalité s’appliquent spécifiquement à eux (plus qu’à d’autres personnes), malgré le fait que la description est en fait remplie d’informations qui s’appliquent à tout le monde. L’effet Barnum fonctionne mieux pour les déclarations qui sont positives. On parle aussi d’effet de “validation subjective ou personnelle”.

H

Haut potentiel intellectuel (HPI) :

Un Haut Potentiel Intellectuel désigne une personne avec un quotient intellectuel (QI) d’au moins 125/130 (la moyenne se situe entre 90 et 110), ce qui représente entre 2 et 5% de la population (suivant le seuil choisi). Le calcul du QI peut varier suivant le pays, la méthode d’analyse sélectionnée (le test), l’âge, etc.

Synonymes : Surdoué·e, Zèbre (Jeanne Siaud-Facchin), Emotifs Talentueux (Nathalie Alsteen), Philo-cognitifs (Fanny Nusbaum, Olivier Revol, Dominic Sappey-Marinier), Haut Quotient Intellectuel (HQI), Surefficient, etc. On parle aussi de douance (au Canada), de surdon ou de surdouement. En anglais, c’est plus simple : « Gifted ».

Pour aller au delà de la définition scientifique, j’aime citer Lynne Azpeitia et Mary Rocamora :

Il est bien connu des chercheurs sur les personnes [sur]douées, talentueuses et créatives que ces personnes présentent une plus grande intensité et des niveaux accrus d’excitabilité émotionnelle, imaginative, intellectuelle, sensuelle et psychomotrice et qu’il s’agit là d’un schéma de développement normal. C’est parce que ces enfants et adultes doués ont une structure psychologique bien définie et une conscience organisée qu’ils vivent toute la vie différemment et plus intensément que ceux qui les entourent.

Hyper excitabilités selon Kazimierz Dabrowski :

Terme créé par Kazimierz Dabrowski (« Overexcitabilities » en anglais) pour décrire une réponse excessive à des stimuli dans cinq domaines psychiques: psychomoteur, intellectuel, sensuel, imaginaire et émotionnel, qui peuvent se produire seuls ou en combinaison.

« Il est souvent reconnu que les personnes [sur]douées et talentueuses sont énergiques, enthousiastes, intensément absorbées dans leurs activités, dotées d’une imagination vive, de sensualité, de sensibilité morale et de vulnérabilité émotionnelle […] »
(Michael Piechowski).

I

Intelligences multiples, théorie de Howard Gardner :

H.Gardner défend l’idée que le test de QI ne mesure pas plusieurs types d’intelligences. Dans Les formes de l’intelligence, il en présente 8:

  • Logico-mathématique* (manipuler les nombres et résoudre des problèmes logiques et abstraits)
  • Logico-verbale* (comprendre les mots et les nuances de sens)
  • Visuo-spatiale* (établir des relations entre les objets dans l’espace, créer une image mentale)
  • Naturaliste (apprécier, reconnaître et classer le monde du vivant: faune, flore, monde minéral, etc.)

Les 4 premières concernent le QI (quotient intellectuel) et impliquent la logique. Les 4 intelligences suivantes concernent le QE (quotient émotionnel):

  • Intra-personnelle (se former une représentation de soi précise et fidèle, l’utiliser efficacement dans la vie)
  • Inter-personnelle (comprendre et communiquer avec les autres et anticiper l’apparition d’un comportement)
  • Corporelle-kinesthésique (contrôle fin des mouvements du corps)
  • Musico-rythmique (aptitude à percevoir et créer des rythmes et mélodies)

Il a ajouté par la suite l’intelligence existentielle et spirituelle (se questionner sur le sens et l’origine des choses).

*Le test de QI ne concernent que ces 2 à 3 formes d’intelligences.

M

Mensa :

Organisation internationale, fondée à Oxford en 1946, pour les personnes surdouées. L’admission se réalise soit par dossier (à partir du test WAIS réalisé avec un·e psychologue), soit par passation des tests psychométriques Mensa. Je cite l’association Mensa France sur ces derniers:“Ces tests ne mesurent pas un QI, mais permettent seulement de situer un candidat par rapport au seuil d’admission à Mensa (2 % supérieurs).”
! Il est possible de “rater” un test Mensa, mais être reconnu·e comme surdoué·e via le test de QI WAIS. !

Multi exceptionnels (ou doublement exceptionnel) :

Il s’agit du fait d’avoir un HPI et un ou plusieurs troubles associés tels que :

  • TDA/H (trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité)
  • Trouble du spectre de l’autisme (TSA)
  • Troubles spécifiques d’apprentissage, trouble de la coordination motrice, trouble du langage, dys- (praxie, lexie, graphie…), etc.
  • Trouble de santé psychologique et mentale

! Les troubles peuvent masquer le haut potentiel (et l’inverse est possible également) !

Q

QI homogène / QI hétérogène :

Le QI est homogène lorsque l’écart des scores entre les indices (cf. définition test WAIS) ne dépasse pas plus de 12 points.

Il y a une similarité ou proximité dans les résultats des 4 indices de QI (Compréhension verbale, raisonnement perceptif, mémoire de travail, vitesse de traitement).

Le QI est hétérogène lorsque les scores d’un ou de plusieurs indices diffèrent de plus de 12 points (par exemple entre le raisonnement perceptif et la compréhension verbale).

! Lorsque le QI est hétérogène, certains psychologues ne souhaitent pas conclure s’il y a douance ou non. D’où l’importance de l’expertise du professionnel sur le sujet, il pallie à une des limites du test via son analyse. !

Un HPI avec un QI hétérogène est tout autant HP qu’un HPI avec un QI homogène.

S

Syndrome de cassandre :

Il s’agit d’une expression tirée de la mythologie grecque. Cassandre avait reçu le don de Prophétie et la malédiction de ne jamais être crue. On relie souvent le syndrome de Cassandre à la douance, dans le sens où une personne HPI, de par son côté visionnaire, met en garde ou avertit, mais n’est pas crue.

Synésthésie :

C’est la faculté de mélanger deux sens dans la perception du monde qui nous entoure (la plupart mélange 2 des 5 sens). L’exemple le plus connu est celui du poème d’A. Rimbaud: A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles (soit voir les chiffres ou lettres en couleur).

T

Test wais :

WAIS signifie « Wechsler Adult Intelligence Scale », soit en français échelle d’intelligence pour les adultes selon Wechsler. C’est le test officiel pour mesurer l’intelligence pour les adultes (pour les enfants, il y a le test WISC).

Seul·e un·e psychologue est habilité·e à faire passer ce test de QI. WAIS-IV est la 4e édition publiée en 2008 et utilisée actuellement. Il mesure l’intelligence fluide (capacité à résoudre des problèmes nouveaux, sans qu’il soit possible d’utiliser ses connaissances) sur l’échelle de la performance et l‘intelligence cristallisée (qui utilise les connaissances) sur l’échelle verbale.

Le test est composé de 4 indices de QI (et de substests) :

  • Compréhension verbale (subtests: Vocabulaire, Similitudes, Information), en lien avec l’intelligence cristallisée
  • Raisonnement perceptif (subtests: Cubes, Matrices, Puzzles visuels) ou intelligence visuo-spatiale
  • Mémoire de travail (subtests: Mémoire des chiffres, Arithmétique)
  • Vitesse de traitement (subtests: Codes, Symbole)

Test des matrices progressives de Raven :

Créé en 1936 par John C. Raven, il s’agit d’un test non verbal pour les enfants et les adultes, basé sur la conception géométrique visuelle. Il est généralement utilisé pour mesurer l’intelligence humaine générale (l’intelligence fluide) et le raisonnement abstrait. Par exemple, il peut être utilisé dans les centres éducatifs pour enfants ou dans des tests de sélection pour des professions spécifiques.

Très haut potentiel intellectuel (THPI) :

Les personnes à Très Haut Quotient Intellectuel (THQI) ont un QI supérieur à 145 au test officiel WAIS, soit 3 écart-types au dessus de la Moyenne (Moyenne = 100 ; Ecart-Type = 15). Au delà d’un chiffre, le fonctionnement THPI est encore différent du HPI. 

On peut ensuite parler de TTHPI lorsque la personne atteint le plafond du test WAIS (au-delà de 160).

Le Faux, le Vrai et l’Impact du HPI

Recevoir 3 vidéos gratuites pour comprendre le Haut Potentiel